Voyage

Parc national des séquoias: une expérience à ne pas manquer

C’est après un avant midi culturel bien rempli à la Getty Villa que ma famille et moi avons mis le cap sur l’irremplaçable parc des Séquoias, situé complètement de l’autre côté de l’état. Projet ambitieux, nous savions que nous serions plutôt éreintés après cette aventure. Un trajet de plusieurs heures sur le même type de routes plutôt ennuyeuses devait être fait pour atteindre la destination que j’avais si longuement rêvée de découvrir. Il faut le dire; notre motivation ne manquait pas. Une fois arrivés à ce que l’on pouvait réellement considérer comme le milieu de nul part, nous avons déposé nos valises à un petit hôtel modeste à trois-quarts d’heure du parc national. Puis, envahis par l’excitation à l’idée de finalement cocher cet élément de notre Bucket list, nous nous sommes dirigés vers cette imposante montagne que l’on pouvait déjà percevoir à l’horizon. 

Le coucher de soleil approchait déjà grandement. La route devenait sinueuse alors que nous nous rapprochions graduellement du sommet, ayant désormais accès à des vues saisissantes. Je n’avais jamais vu rien de tel. La beauté du panorama était tout simplement indescriptible. Cependant, avis à ceux craignant les hauteurs, les pentes étaient vertigineuses et particulièrement abruptes. C’est plutôt un sentiment fou que de sentir au sommet du monde, comme si l’on volait par dessus tout ce qui nous entoure, que l’on découvrait une nouvelle dimension où la nature se mêle aux nuages, créant un brouillard à la fois mystérieux et spectaculaire. J’étais totalement sidérée par la grandeur de ce paysage. 

J’ignorais encore cependant ce qui m’attendait à la porte d’un réel monde de fantaisie. À l’apogée de la fascination, j’imaginais difficilement être stupéfiée davantage. Laissez-moi vous confirmer que dès mon entrée dans la forêt des géants, je compris que les images dignes de cartes postales n’allaient que s’enchaîner. Une fois à l’intérieur, je ne parlais plus. Les yeux rivés vers le ciel, où se hissaient la cime de ces conifères majestueux, j’absorbais. J’absorbais la pureté de ce moment en synergie avec la nature, j’absorbais le spectacle qui s’offrait à moi, j’absorbais la magie de cet endroit féerique. J’ancrais en ma mémoire cet émerveillement incomparable. Les séquoias se dressaient devant moi, indestructibles, inaltérables. Le plus imposant d’entre eux, le Général Sherman, dont l’âge est estimé à 2200 ans, m’a renversé. La vue de ce tronc de 1487 mètres cube méritait amplement un détour. Ai-je regretté ces longues heures à n’observer que des plaines ternes et inanimées, paysage prévisible, pour traverser la Californie? Aucunement. Il était impensable pour moi de rentrer au Québec sans avoir été témoin de ce bijoux naturel. 

Ne manquez pas votre chance de pénétrer dans cette dimension surnaturelle, de contempler ce décor digne de cinéma. Expérimentez, incorporez cet arrêt à votre itinéraire. Votre voyage atteindra de nouveaux sommets. 

Vous aimerez peut-être

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Français
English (Canada) Français
Enregistrer